Original audio (translated transcript below):

Hi everyone, I’m Kaycee.

I went to Slovenia with a friend at the beginning of May. I really didn’t know much about this small country before I went there. When I got there, I simply fell in love with the country. I decided that if I wanted to get married in the future, I would do it here.

How good is Slovenia? I’ll start by reading what other places have to say about it. In 2018, he was named “one of the world’s most romantic destinations” by National Geographic and “one of the top 10 safest countries in the world “. He is Slovenia, a small, exquisite country praised by Lonely Planet, a great country to live in, with beautiful surroundings, peace and security.

Slovenia is a small country located in southern Central Europe, next to the Alps. The national language is Slovenian. As the plane begins to land, you will see large expanses of forest and long stretches of coastline. from the 9th to the early 20th century, Slovenia was under the rule of the Holy Roman Empire and the Austro-Hungarian Empire. in December 1918, Slovenia joined with other Yugoslavs to form the Serbo-Croatian-Slovenian state (renamed the Kingdom of Yugoslavia in 1929). It became a constituent republic of Yugoslavia in 1945 and declared independence on 25 June 1991.

Now a developed capitalist country, Slovenia joined NATO in March 2004, the European Union on 1 May 2004, officially joined the Eurozone on 1 January 2007 and the European Schengen Area on 21 December 2007.On 3 May 2019 I, Kaycee, officially stepped into the country.

We landed in the capital, Lubljana, on our first day. Lubljana is the largest city in Slovenia, surrounded by mountains and often foggy and rainy, but that’s the most fascinating thing about this city. Ljubljana has historical and cultural sites such as the ruins of a Roman city from the third and fourth centuries BC, the 18th century St Nicholas’ General Church, a music hall built in 1702 and some 17th century baroque buildings.

The next day we went to Lake Bled. Lake Bled is known as the most beautiful lake in Slovenia and is also known as the “Ice Lake” because of the snow melt that constantly pours into the lake from the mountain tops. The water is crystal clear and the views are breathtaking. The green surface of the lake is surrounded by mountains and forests, and in the middle of the lake is the exquisite island of Bry, which is the only natural island in Slovenia. There are several buildings on Bry Island, which houses the largest church, the Church of the Assumption of the Virgin Mary, with its ninety-nine steps and fifty-two metre-high tower, where many couples get married, and it is beautiful. Tell us about the Slovenian language, it’s quite interesting. Slovenian is the oldest of the Slavic languages. The number of Slovenian speakers is very small – Slovenia has a total population of around 2.05 million, but Slovenian is the mother tongue of only about 20,000 people. Moreover, Slovenian dialects are divided into seven regional groups. Sometimes the dialects can be so different from each other that it is difficult for people from different parts of Slovenia to understand each other. Another interesting point is that Slovenian does not have any vulgar, curse words. Usually when Slovenians use the traditional curse words it sounds silly, cute and less offensive. One of the more popular curses in Slovenian is “Tristo kosmatih medvedov”, which translates to “three hundred furry bears”, cute, right? Another curse word is “A hen should kick you!” . When Slovenia wants to really curse, they usually borrow some curse words from the former Yugoslav countries.

Walking around any city or town in Slovenia is like walking through a fairy tale. If you haven’t been to this exquisite little country yet, what are you waiting for? Go and see it.

Until then, we’ll see you next week

Original audio (translated transcript below):

Hello everyone, I’m Kaycee.


Finally, I’m back. I’ve been on holiday for a while and I’ve been busy writing my thesis and moving, so I’ve missed out on recording the podcast. In the meantime, a lot of things happened, for example, Emma Raducanu won the US tennis tournament recently. I watched it and it was very good. But in this edition, I want to tell a different story, which is Devil’s Town.


Devil’s Town, it means a place where the devil lives. It sounds like a virtual story, doesn’t it? But it does exist. Devil City, also known as the Windy City of Urho, is located in the Xinjiang Uyghur Autonomous Region. From a distance, it really is spectacular. Think about it, there is nothingness all around, it’s very quiet and there is all dry, cracked yellow earth underfoot. In the middle there are hills which have been blown by the wind over the years into oddly shaped buildings. Some look like the Six Harmonies Pagoda on the banks of the Qiantang River in Hangzhou, some like the Temple of Heaven in Beijing, some like the pyramids of Egypt, some like Angkor Wat in Cambodia, some like an eagle spreading its wings. There are all sorts of shapes.
There is a legend about this place. The men were handsome and strong, the women were beautiful and kind, and the people worked hard and lived a carefree life with plenty of food and clothing. However, with the accumulation of wealth, evil took over the hearts and minds of the people. They began to indulge in fun and drink, and as they fought for their wealth, the city was filled with deceit and bloodshed, and everyone’s face became hideous. The gods came to the castle in the form of a ragged beggar to raise the conscience of the people. The god told the people that it was evil that had turned him from a rich man into a beggar, but instead of the beggar’s words, he was abused and ridiculed by the people of the castle. In his anger the gods turned the place into ruins, and all the people of the castle were crushed under the ruins. Every night, the souls of the dead wailed inside the castle, hoping that the gods would hear their voices of repentance.


So the legend goes. In fact, the place is right at the mouth of the wind, with constant gusts of wind in all seasons, up to a maximum of 10-12. The sound of the wind weaving and reverberating through the hills does also resemble the sound of wolves howling and tigers whistling. On moonlit nights, it does sound a little scary too.
But what is even more amazing is that, according to official testimony, if we go back 2 million years. 2 million years ago ha. This used to be a very large lake with lush vegetation growing on its shores. After two major crustal shifts, the lake turned into a vast desert, strewn with sedimentary and metamorphic rocks. After thousands of years of wind and rain, the ground formed gullies of varying depths and the exposed rock layers were sculpted into strange shapes by the fierce winds, creating the Devil’s Castle we see today.


The local Mongolians call this city “Surumukhak”. The Uyghurs call it “Shaitankersi”, which means “Devil City”. This is how the Devil’s Town got its name. Due to its unique scenery, many films have used it as a location, such as the Oscar-winning film “Crouching Tiger, Hidden Dragon”. More and more tourists are also coming here to visit and explore.


So this place is interesting and unique in many ways. I just wanted to share it with you.


Well, that’s all for this issue. See you next time.

Original Audio (Translated transcript below):

Kaycee: Hello, I’m Kaycee and today we are talking about how Chinese parents actually name their children. Chinese people are often asked what is your Chinese name? How do you pronounce it? What does it mean? How did your parents give you your name?
I remember a friend asked me when I was little: Do Chinese parents name their children by tossing a coin and listening carefully to the sound of it hitting the ground, and calling them whatever they hear?Today I have my mother, Summer, here to tell us how I got my Chinese name. Does it fit in with Chinese tradition?
Welcome, Ms Summer.
Okay, let’s start with my Chinese name. My name is Gu, Xitong. Gu as in care, Xi as in hope, and Tong as in red. Many people know that Chinese names are made up of two parts, the surname in front and the first name at the end. Gu, of course, follows my father. So where did Xitong come from?
Summer: There is a deep meaning and cultural connotation behind Chinese naming. There is a lot of care in choosing names. People usually choose words with good meanings to reflect their desire for happiness, good fortune and a long and healthy life.When we named you, the first word we decided on was “Tong”. It is unique as it agrees with the word “red”, but few people use it in their names.
The word “Xi” was originally intended to be the “Xi” of “Sunset”, but I bought a book on how to name you. I bought a book on how to choose your name, and I found that the combination of “夕” for “夕陽” and “彤” for “紅彤” and your surname “顾” is a very lucky number. This is a very auspicious number. It’s also catchy to read. Later, when we discussed it with our family, they said that the name “Xi” does not have a good connotation in the name because it is called “Sunset Red” when you are old. So we changed it to “Xi” which means “hope”. In terms of strokes, the name is still very good with the “希” of “hope”. Finally, the whole family raised their hands. This is how the name Gu Xitong came to be.
Kaycee: Oh, that’s right, so it wasn’t decided by a coin toss. What about your name? How were you named?
Summer: My name is Xia Shiqing. Summer as in summer, world as in world, clear as in clear water. The name Summer is my surname. I got the world name from my family tree. In those days, we all had a family tree that had been passed down from our ancestors. Each generation used the same name – the same character in the middle, for example, my generation used the World Se. My father’s generation, for example, used sutra in the middle. The word for often is sutra. My grandfather was force, force for strength. I don’t remember anything further up.
Kaycee: What about my name? It doesn’t seem to be in the family tree.
Summer: The family tree isn’t in every family either. You’re not from our old Summer family, you wouldn’t use our family tree. I haven’t heard that your old Gu family has a family tree.
Kaycee: So are both of our names common in China? Or even, are there more common names in China? For example, you might come across a lot of John ah, James, Rebecca, Lindsay or whatever in the UK. On surnames, there are also a lot of people with the surname Brown and Scott China doesn’t actually, does it?
Summer: No, not really. The Chinese have a lot of surnames that are used by a lot of people. There are 10 surnames with a total population of 2 million or more, Wang, Li, Zhang, Liu, Chen, Yang, Huang, Zhao, Wu and Zhou. But surnames such as Xia and Gu are not actually very common.
As for names, Chinese names are generally very contemporary. For example, like your grandmother and grandma, in those days, most people liked to use “Ying”, “Qin” and “Juan”. That was the forties. In the 1960s, it was the Cultural Revolution. At that time, people chose their names to echo that era. For example, my classmate’s name was Wang Hongge. The name “Hongge” is the same as the Cultural Revolution, which is the same as the struggle and the revolution. Your father’s name, Gu Lixin, and your eldest uncle’s name, Gu Lidong, both follow the characteristics of the era.
Kaycee: Well, at the time I was born, in the 90s, it seemed that “Ting Ting” and “Yao Yao” were quite popular. The names were based on the themes of beauty, intelligence and health.
In fact, in the olden days, people had names as well as words and numbers. The “character” was often an explanation and complement to the “name”, and was usually added when a man or woman had a rite of passage to show that they were beginning to be respected. A “number” is a name for a person, a bit like a pen name nowadays, and can be taken by oneself. A person could take many names, for example, Ouyang Xiu, a literary scholar in the Northern Song Dynasty, was called Drunken Master and Sixth Master. Nowadays, it is less complicated. There is no such thing as a character or a number. Everyone just has a surname and a first name.
So, naming a child in China is still a complex and creative thing, with some cultural connotations. The social, historical, ethical and religious phenomena and vibes can be seen in Chinese names. What we have talked about today is just a superficial part of the story, if you want to get a deeper understanding of Chinese naming culture, you can look it up online.
Kaycee: Just a reminder that I will be posting a podcast episode every Sunday, along with a transcript of that episode’s chat and a circle of some common sentences. If you’re interested, the link to the site is below. See you next week then.

Audio original (transcription ci-dessous):

Bonjour tout le monde, c’est Kaycee ici.

La semaine dernière, nous avons abordé certaines des coutumes chinoises en matière de cadeaux et nous avons parlé de l’étiquette à table. Comment peut-on parler de la table sans parler de nourriture ? Il existe toutes sortes d’aliments dans la cuisine chinoise : les snacks, les aliments du sud, les aliments du nord, les aliments traditionnels et les aliments sombres. La beauté de la nourriture ne réside pas seulement dans sa couleur et son arôme, mais aussi dans le moment de joie et d’admiration, les émotions, les souvenirs, la guérison. Donc on pourrait probablement parler de nourriture chinoise pendant mille et une nuits. Par où commencer ? Eh bien, puisque c’est encore le Nouvel An, commençons par les boulettes.

Qu’est-ce qu’une quenelle ?

Tout le monde devrait savoir ce que sont les boulettes. Il s’agit d’une boulette faite d’une peau de pâte, enveloppée de diverses farces et bouillie dans l’eau. Lorsqu’ils sont cuits, ils sont prêts à être consommés. Cela semble très simple, mais laissez-moi vous dire que ce n’est qu’après en avoir fait l’expérience que vous pourrez comprendre le savoir-faire et l’art uniques de sa fabrication. Le processus de fabrication des quenelles ne doit pas être sous-estimé.

Comment faites-vous la pâte ? On le prépare généralement en mélangeant de l’eau froide et de la farine, en pétrissant le tout pour obtenir une grande pâte grossière, en la recouvrant d’un film ou d’une serviette humide salvatrice et en la laissant reposer pendant une heure environ. Au bout d’une heure, sortez-la et découpez-la à l’aide d’un couteau ou à la main en petites boules de pâte, qui seront ensuite abaissées à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Veillez à ce qu’elle soit fine mais pas trop. Si elle est trop fine, elle se brisera facilement pendant la cuisson. Une fois que la croûte est prête, vous pouvez envelopper la garniture dedans. Personnellement, je préfère la garniture aux poireaux, mais il existe de nombreux types de garnitures, de la viande au végétarien, du sucré au salé. Une fois qu’ils sont tous emballés, vous pouvez les faire cuire dans l’eau. Une fois cuits, ils sont prêts à être consommés.

Ces boulettes se caractérisent par leur peau fine, leur garniture tendre, leur goût délicieux et leur forme unique. Vous ne vous lasserez jamais de les manger.

L’histoire des quenelles

Les boulettes sont un aliment traditionnel chinois, appelé à l’origine “Jiao Er”, et ont été inventées par Zhang Zhong Jing, le sage de la médecine, pendant la dynastie Han orientale, il y a plus de 1 800 ans.

Comme le dit le proverbe, “Quand il fait froid, mange des boulettes pour la nouvelle année”. Je me souviens que lorsque j’étais enfant, chaque veille du Nouvel An, les membres les plus familiers de ma famille venaient dîner chez nous. Nous regardions le gala de la fête du printemps, jouions au mahjong, bavardions, etc. Puis, vers 21 ou 22 heures, ma grand-mère ou mon grand-père nous entraînait dans la préparation de boulettes de pâte et nous étions occupés. Les boulettes seraient prêtes à minuit et le compte à rebours serait lancé : 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1, Bonne année ! Puis nous nous sommes tous assis et avons mangé des boulettes. Nous espérons que la nouvelle année sera heureuse pour tous, comme les boulettes, et que la famille sera réunie. Comment cette coutume est-elle née ?

Selon la littérature, la coutume de manger des dumplings pendant le Nouvel An chinois existait déjà sous la dynastie Ming et est devenue très répandue sous la dynastie Qing. Dans la Chine ancienne, chaque jour était divisé en douze périodes, et chaque jour commençait par l’heure du fils, qui équivaut au temps entre 23h00 et 1h00 à minuit aujourd’hui, et à la fin de l’année, la veille du Nouvel An, ce n’était pas seulement le changement de l’ancien et du nouveau, mais le changement de l’ancien et du nouveau, que les Chinois appellent “jiaozi”. Les Chinois l’appellent “jiaozi”.

Les Chinois sont très conscients des limites, en particulier de la frontière entre l’ancien et le nouveau, et c’est à cette époque que des rituels sont effectués pour prier pour la bonne fortune de l’année à venir. C’est pourquoi les Chinois du Nord ont lentement développé la coutume de manger des quenelles le premier jour du Nouvel An lunaire, pendant la Fête du Printemps. Pour les Chinois, qui chérissent les liens familiaux, le réveillon du Nouvel An est un moment où la neige tombe silencieusement par la fenêtre, où la lumière à l’intérieur de la maison est chaude et où la marmite est fumante. Toutes les pensées et tous les souhaits sont enveloppés dans la peau fine de la boulette ! Plus l’eau bout au dessus du feu rouge, plus les boulettes deviennent délicieuses, accompagnées des pétards pour accueillir la nouvelle année.

Qui aurait cru qu’une culture aussi riche se cachait derrière ces délicieuses boulettes ? Cette année, le nouvel an chinois tombera le 25 janvier. J’espère donc que vous pourrez vous préparer à l’avance à faire des boulettes.

Eh bien, c’est tout pour aujourd’hui. Nous vous verrons la semaine prochaine.

Pour vous donner quelques dictons liés aux boulettes.

Ouverture des boulettes de nouilles dans la porte – révélant la garniture

Un aveugle mange des boulettes de pâte – il sait ce qu’il fait.

Un homme muet mange des boulettes – il sait ce qu’il y a dans son estomac.

Boulettes dans une théière – vous avez la marchandise dans le ventre.

Une boulette dans une théière – on ne peut pas la vider.

Audio original (transcription ci-dessous):

Bonjour, tout le monde. Je m’appelle Kaycee.

Double Onze vient de passer. Pour ceux qui ne le savent pas, Double Eleven, c’est le 11 novembre, également connu sous le nom de Hanoukka, ou le Double Eleven Shopping Spree.

Il y a tellement de noms pour ce seul jour de l’année. Par où commencer ? Commençons par le festival de Guanbang. Le 11 novembre, quand on regarde les chiffres, cela ressemble à quatre bâtons lisses. Le mot chinois pour “bare stick” signifie “célibataire”. Ainsi, le 11 novembre devient la Journée des célibataires, le jour des célibataires. En fait, les origines du jour du Kwan-Bat ont toujours été un mystère, et il existe plusieurs théories. Parmi les nombreuses théories, il est largement admis que le festival est né de la culture du campus de l’université de Nanjing. C’était probablement en 1993. Il y avait des événements similaires dans différentes régions à l’époque, mais il semble qu’ils aient été plus actifs à l’université de Nanjing. Grâce aux activités de groupe et à la diffusion dans les médias, Hanoukka est devenue populaire dans la communauté.

En parlant de célibataires, je pense à une question qui était populaire il y a des années. Il s’agissait de : “Dans lequel des 10 niveaux de solitude vous vous trouvez ? À l’époque, quelqu’un a conclu qu’il s’agissait simplement de la solitude, certains des événements les plus représentatifs. Le premier niveau est un peu solitaire mais pas particulièrement solitaire, et le dixième niveau est un truc super solitaire. Laissez-moi donc vous parler de ces dix niveaux, et voyons où vous en êtes, ou quel niveau vous pensez être le plus solitaire. Comme ces choses sont toutes assez compétentes, ne les prenez pas trop au sérieux, écoutez-les simplement, pensez-y, lisez-les, amusez-vous. Je commencerai par dire que c’est une hiérarchie.

Niveau 1 : Aller seul au supermarché

Niveau 2 : On va dans un fast-food

Niveau 3 : Aller seul dans un café

Niveau 4 : Aller au cinéma seul

Niveau 5 : Manger un hotpot seul

Niveau 6 : Aller au KTV seul

Niveau 7 : Aller voir la mer tout seul

Niveau 8 : Aller seul dans un parc d’attractions

Niveau 9 : Déménager seul

Niveau 10 : Se rendre seul à une opération

Je vais partager mon opinion brièvement, je ne peux pas laisser les gens penser alors que je ne fais rien ici, non ?

Niveau 1 : Aller seul au supermarché

C’est un peu un super plaisir pour moi. J’aime aller au supermarché seule. Je n’aime pas vraiment y aller avec d’autres personnes. En général, si j’y vais avec des amis ou de la famille, je le fais, c’est-à-dire qu’une fois dans le supermarché, je pars de mon côté. Je les laisse faire leurs courses, puis je pars faire les miennes. Je finis mes courses, je passe à la caisse et je les attends à la porte. Donc je ne pense pas que ce soit une caractéristique de la solitude, je suppose.

Niveau 2 : Aller dans un fast-food tout seul

Aller dans un fast-food, je peux vivre avec ça. Mais, en général, je n’aime pas aller dans un endroit où je mange seul, je me sens assez seul.

Niveau 3 : Aller seul dans un café

Si je veux aller dans un café pour faire quelque chose, comme étudier, m’occuper de quelque chose ou attendre quelqu’un, je peux le faire. Mais je ne vais pas dans un café pour boire du café seul. C’est la même raison pour laquelle je ne veux pas aller dîner seul.

Niveau 4 : Aller au cinéma seul

Les années précédentes, je ne serais pas allée au cinéma seule. Je pense qu’à mon âge maintenant, je peux vivre avec ça, mais je ne voudrais probablement pas trop y aller non plus. Je pense que le cinéma est aussi une activité de groupe. Il doit s’agir d’une activité pour plus de deux personnes. Si j’étais seul, je ne voudrais pas aller au cinéma.

Niveau 5 : Manger un hotpot seul

Pourquoi ? Je ne peux pas vraiment faire ça. Je pense que le hotpot est quelque chose qui est plus amusant quand il y a plus de personnes. Je ne pense pas que ça va marcher, c’est quelque chose que je ne peux pas accepter.

Niveau 6 : Aller au KTV seul

KTV n’est pas dans mon intérêt en premier lieu. Je suis un piètre chanteur et je ne vais pas au KTV si j’ai des amis qui m’invitent à sortir, donc naturellement je n’irai pas seul.

Niveau 7 : Aller voir la mer tout seul

J’ai été à celui-là. J’étais en voyage en Malaisie. Bien sûr, quand vous allez en Malaisie, vous devez aller à la plage. C’était l’heure du coucher du soleil, et wow, la couleur du ciel et la mer bleue, c’était super romantique et magnifique. J’y suis allée seule et il n’y avait personne avec qui partager ce moment. Après avoir pris les photos, j’ai eu l’impression, pendant un instant, d’être si seul. J’ai été tellement touché que je me suis juré de ne plus jamais me rendre seul dans un endroit aussi romantique.

Niveau 8 : Aller seul dans un parc d’attractions

C’est comme pour le KTV, je… si je ne veux pas y aller avec mes amis, pourquoi devrais-je y aller seule ?

Niveau 9 : Se déplacer seul

Je l’ai fait plusieurs fois. J’ai déménagé plusieurs fois toute seule et je pense que c’est bien, je suis juste un peu fatiguée, mais je pense que c’est normal, je ne suis pas seule.

Niveau 10 : Se rendre seul en chirurgie

J’ai eu la chance de ne pas avoir à subir d’opération, mais si je devais me faire opérer seule, oui, cela me conviendrait parfaitement.

Ok, ça semble être une analyse un peu trop approfondie. Allons de l’avant.

Après Hanoukka, c’est aussi le carnaval du shopping Double Eleven. Pourquoi est-ce une fête foraine ? Ce phénomène est apparu pour la première fois sur Taobao (désormais appelé Tmall), un site d’achat appartenant à la société chinoise Alibaba. La première fois qu’ils ont organisé une “Journée des soldes du centre commercial Taobao”, c’était le 11 novembre 2009, et chaque année depuis, ils organisent un tel événement le 11 novembre. Parce qu’il était si efficace et rentable, il fallait bien sûr le poursuivre.

En avril 2008, en raison de la lenteur du développement initial du projet, le responsable initial de Taobao.com est parti, ne laissant qu’une vingtaine de personnes dans l’équipe ci-dessous. En 2009, après la reprise de Taobao Mall par Zhang Yong, alors directeur financier de Taobao, Zhang Yong et son équipe ont suggéré d’organiser une grande vente à prix réduit en automne, sur le modèle de la grande vente du jour de Thanksgiving aux États-Unis, pour ” L’objectif de la vente était de ” faire en sorte que les consommateurs se souviennent de Taobao Mall par le biais d’une activité ou d’un événement “, et la vente a finalement été programmée pour coïncider avec le ” jour de Hanoukka “, le 11 novembre. “La raison en est que novembre est la saison de l’automne et de l’hiver, les gens ont besoin de prendre des choses supplémentaires, tandis que novembre est entre la Semaine d’or de la Chine et Noël, il n’y a pas de grands festivals de consommation, l’utilisation de “Hanukkah” dans les étudiants, l’appel de la classe des cols blancs, ouvrir les jeunes groupes d’achat en ligne. La promotion est gratuite. Malgré le fait que la promotion n’exigeait aucun frais, de nombreuses marques ont finalement décliné l’invitation. Après la publication de l’affiche de l’événement, plus de 30 marchands devaient participer à l’événement, mais certaines marques se sont retirées les unes après les autres, et finalement seuls 27 marchands ont participé à l’événement Double 11, dont Li Ning, Lenovo et Philips. En novembre, qui est considéré par le secteur comme la traditionnelle saison creuse des ventes, le chiffre d’affaires de Taobao Mall a dépassé 52 millions de yuans d’un seul coup, soit 10 fois le chiffre d’affaires quotidien de l’époque.

C’était le cas en 2009, êtes-vous curieux de connaître les revenus de Double Eleven en 2020 ? Il y a un avantage à enregistrer tardivement, sinon vous ne sauriez pas à quel point la valeur des transactions de cette année est incroyable. Cette année, le chiffre d’affaires de Double Eleven était de 498,2 milliards de dollars. Effrayant, c’est vrai. Je pense que c’est assez effrayant. C’est beaucoup d’argent, pour l’amour de Dieu.

Enfin, il est intéressant de noter qu’en 2013, certaines sociétés de messagerie chinoises ont fait venir en urgence plus de 100 avions pour assurer l’expédition des commandes Tmall pendant la période Double Eleven. Selon Tmall, l’escadron de chasseurs F16 le plus populaire de l’armée américaine, par exemple, 100 avions constitueraient six escadrons de combat, et 100 avions pourraient déjà armer deux groupes de combat de porte-avions américains. 100 avions, juste pour transporter quelques articles de détail, bon sang. Je ne pense pas que je piloterai 100 avions dans ma vie. Je vais commencer à les compter à partir de maintenant.

Il semble que j’en ai dit un peu trop aujourd’hui, c’est donc tout ce que nous avons pour ce numéro. Nous vous verrons au prochain numéro.

Audio original (transcription ci-dessous):

Bonjour, tout le monde, c’est Kaycee ici.

C’est encore le nouvel an chinois. Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter à tous une bonne année du Tigre. Y a-t-il des auditeurs du Tigre dans le coin ? J’ai entendu dire que les personnes nées l’année du Tigre sont très indépendantes, ont une haute estime d’elles-mêmes, aiment agir seules, ne s’entendent pas tout à fait, aiment jouer le rôle de protecteur, mais ont tendance à se précipiter, elles sont donc sujettes aux faux pas, est-ce vrai ?

Pour être honnête, je ne crois pas vraiment à la lecture des personnalités à partir du zodiaque, mais c’est intéressant de le lire de temps en temps.

Puisque c’est l’année du tigre, examinons un idiome lié au tigre.

Si vous n’entrez pas dans la tanière d’un tigre, vous n’aurez pas de fils de tigre. Il s’agit d’un idiome composé dérivé d’un récit historique. Il provient du Livre des Han ultérieurs – La Biographie de Ban Chao. Si vous n’entrez pas dans la tanière d’un tigre, comment pouvez-vous obtenir un fils de tigre ? Cela signifie littéralement que si vous n’osez pas entrer dans la tanière du tigre, vous n’attraperez pas le petit tigre. Comme vous pouvez le deviner, il s’agit en fait d’une métaphore : si un danger vous guette, comment pouvez-vous réussir si vous ne faites pas vous-même l’expérience du danger ? Comment pouvez-vous connaître la vérité si vous ne la pratiquez pas ?

Il y a une histoire derrière cet idiome. Pendant la dynastie des Han de l’Est, l’empereur Ming de Han a envoyé Ban Chao et 36 guerriers au royaume de Shanshan pour se faire des amis. Au début, le roi Shan était poli et traitait bien Ban Chao et les 36 guerriers, mais ensuite l’émissaire Xiongnu est aussi venu et a dit beaucoup de mauvaises choses sur l’empereur Han Ming au roi Shan. Le roi Shan était quelque peu convaincu, et son attitude envers ces hommes de Ban Chao s’est calmée. Ban Chao y a pensé, et si le roi Shan les livrait aux Xiongnu, ils n’en sortiraient certainement pas vivants. Mais s’ils combattaient vraiment les Xiongnu, les hommes de Ban Chao n’avaient que trente-six hommes, bien moins que les Xiongnu, et les chances de victoire n’étaient pas bonnes.

Finalement, il s’est décidé et a dit : “Si nous n’entrons pas dans la grotte des tigres, nous ne pourrons pas attraper les bébés tigres. Nous attaquerons la mission Xiongnu par le feu dans l’obscurité, afin qu’ils ne sachent pas combien nous sommes, et ils seront choqués, et nous pourrons les détruire tous. Avec ces ennemis détruits, le roi Shan sera effrayé et nous aurons accompli beaucoup de choses, et nos exploits seront établis.”

Bien sûr, Ban Chao a gagné et vaincu les Xiongnu, et le roi Shan a décidé de pencher du côté de la dynastie Han. Lorsque l’empereur Ming de Han a su tout cela, il a également admiré le courage de Ban Chao et a commencé à le renommer.

C’est ainsi qu’on obtient un fils de tigre si on n’entre pas dans la tanière d’un tigre. J’espère que vous serez tous assez courageux pour poursuivre ce que vous voulez dans la nouvelle année. Eh bien, bonne année chinoise et à la prochaine !

Audio original (transcription ci-dessous)

Bonjour à tous, je m’appelle Kaycee.

Aujourd’hui, nous parlons d’offrir des cadeaux. Le don de cadeaux est une culture très intéressante en Chine. Je retourne en Chine environ une fois par an et, chaque fois, je commence à réfléchir deux mois à l’avance à ce que je vais offrir à ma famille cette fois-ci. Offrir des cadeaux est une chose joyeuse, c’est certain, mais cela peut aussi être un casse-tête, voire une source d’énervement.

Tout d’abord, que donner ?

En Chine, la plupart des gens s’intéressent davantage à la valeur du cadeau. La valeur du cadeau représente, dans une certaine mesure, le sentiment du donateur. Au-delà de la valeur, cela dépend aussi de votre relation avec la personne, de la façon dont vous connaissez ses préférences et de la raison pour laquelle vous offrez ce cadeau. Ensuite, lorsque je retourne en Chine depuis le Royaume-Uni, je dois apporter quelque chose avec une touche britannique ou quelque chose qui est relativement bon marché et bon à acheter au Royaume-Uni. La première année et la deuxième année, le retour à la maison était facile, acheter des chocolats, des souvenirs, des produits de santé ou autre. Après une dizaine d’années, je n’ai plus d’idées nouvelles de toute façon. Si vous avez des conseils, des astuces ou autres, n’hésitez pas à les partager.

Parmi les autres coutumes liées à la remise de cadeaux en Chine, citons la remise d’une sorte de cadeau de bienvenue lorsque les aînés rencontrent leurs cadets pour la première fois, en particulier les jeunes enfants. De petites perles ou des médaillons en or, en argent ou en jade peuvent être offerts à un nouveau-né. Les jeunes gens qui sont sur le point de se marier sont également censés offrir des cadeaux lorsqu’ils rencontrent officiellement les parents de leur amoureux pour la première fois, et vous pouvez imaginer qu’ils offriront généralement quelque chose de plus cher, comme un tonique ou du vin. En même temps, les parents des amoureux offrent un cadeau aux jeunes qui leur rendent visite pour la première fois. Certains donnent de l’argent, d’autres offrent à la femme des bijoux en or ou en argent. Si vous êtes invité, vous pouvez apporter de petits cadeaux : fleurs, fruits, etc. Lorsqu’ils rendent visite à une personne malade, les gens offrent généralement des fleurs, des fruits et des produits de santé.
Les Chinois ne devraient pas faire de cadeaux.

  • Chaussures – implique que la personne qui reçoit le cadeau devrait être autorisée à partir.
  • Carillons à vent – signifie que votre amitié avec un ami sera emportée par le vent.
  • Les horloges – un cadeau qui signifie “la fin”.
  • Couteau – pour dire que l’on rompt avec quelqu’un
  • Si vous envoyez des fruits, vous ne pouvez pas envoyer un nombre impair, vous devez envoyer un nombre pair. Les Chinois pensent que le couple est le seul moyen d’être heureux.

Si vous souhaitez envoyer des fruits, il est préférable de ne pas envoyer de poires, car elles sont homophones avec le mot “séparation” et n’ont pas une bonne signification.
Il existe également des coutumes différentes dans les différentes régions de la Chine. Par exemple, à Guangdong, Hong Kong et Macao, vous ne pouvez pas donner de livres car ils sont homophones avec le mot pour “perdre”.

Une autre chose intéressante en Chine est que lorsque vous offrez un cadeau, peu importe ce que vous offrez ou son prix, nous ajoutons généralement “Ce n’est pas quelque chose de cher, ne vous en déplaise”. / “Ceci est un petit témoignage de ma reconnaissance, veuillez l’accepter”. Il s’agit de faire preuve de courtoisie et de ne pas mettre trop de pression sur l’autre personne. Le destinataire du cadeau s’excusera souvent poliment en disant : “Vous êtes venu, pourquoi n’avez-vous pas de cadeau ? Ensuite, prenez le cadeau en silence et rangez-le.
Les Chinois traitent les compliments des autres de la même manière. Tout le monde est très modeste. La réponse est toujours : “Pas assez bon”, “bâclé, je suppose”, “Comment puis-je me comparer à vous”. Il s’agit également d’une vertu traditionnelle chinoise. Soyez humble. Par exemple, un orateur dit généralement lors d’un discours : “Je ne suis pas très versé dans la littérature et je ne suis pas bien préparé, je voudrais donc vous demander conseil”. En fait, Ta est peut-être un expert dans ce domaine et prépare ce discours depuis plus d’un mois.

Hospitalité et accueil : En Chine, si l’hôte demande à son invité ce qu’il souhaite boire, celui-ci répondra généralement “Je n’ai pas soif” ou “Pas la peine”. L’hôte commencera alors à aller chercher une tasse et à faire du thé.

Lorsque l’hôte verse un verre à son invité, il s’excuse souvent en disant : “C’est assez, c’est assez”. En fait, ce n’est pas nécessairement que l’invité ne veut pas boire, mais il est juste poli. Il est donc important que l’hôte attentif et hospitalier évalue les besoins de son invité et y réponde activement. À table, l’hôte hospitalier offre toujours à son invité une boisson ou un plat. L’atmosphère est très vivante. C’est comme un jeu de tir à la corde, où un côté continue à persuader et l’autre à excuser.

En fin de compte, il existe un dicton chinois qui dit : “Le cadeau est réciproque. Si tu me fais un cadeau, la prochaine fois, tu me feras aussi un cadeau. Ainsi, cette coutume d’offrir des cadeaux se poursuivra encore et encore de cette manière.

Audio original (transcription ci-dessous):

Bonjour tout le monde, je suis Kaycee.

Je parie que tout le monde a entendu les chansons de Jay, ou du moins connaît Jay le chanteur. Jay a une chanson intitulée “Celadon”. Laissez-moi vous faire écouter un extrait.

Les paroles ont été écrites par Fang Wenshan. Je ne sais pas si vous le savez, mais beaucoup de chansons de Jay Chou sont écrites par Fang Wenshan, et leur relation est assez romantique, et il y a beaucoup de scandales, une romance de type bromance ha, de type bon frère, ne vous méprenez pas. Mais nous ne sommes pas ici pour faire des commérages, donc vous pouvez vérifier en ligne si vous êtes intéressés.

Un autre point intéressant lié à cette chanson est que les paroles de “Celadon” sont apparues dans les examens du test d’aptitude de base dans la province du Shandong, le sujet de science politique dans la province du Jiangsu, les examens dans la province du Shandong ont également utilisé les paroles de “Celadon” pour tester la longue histoire de la porcelaine chinoise, et aussi dans un examen mensuel dans une école secondaire de Wuhan, le sujet est la miméographie des paroles. Elle est apparue dans l’examen, et dans différents domaines de l’examen, de la politique à l’histoire en passant par les genres littéraires, de sorte que le contenu culturel et le potentiel de la chanson sont évidents.

Regardons les paroles : “Le ciel est vert et attend la pluie et je t’attends” devrait être familier à tout le monde et c’est l’une de mes paroles préférées… la dernière partie de la chanson. Ce que j’aime le plus, c’est la première ligne : “J’écris au fond d’une bouteille, en imitant la dérive de la dynastie précédente, comme si je t’attendais”.

Commençons par “Le ciel est bleu, j’attends la pluie et je t’attends”. Il proviendrait d’une légende. L’empereur Huizong de la dynastie des Song du Nord a rêvé du passage de la pluie et il aimait tellement cette couleur qu’il a donné l’ordre aux porcelainiers de fabriquer de la porcelaine dans cette couleur. C’est le four Ru de la porcelaine Song. Il s’agit d’un autre type de porcelaine qui n’a pas vraiment de rapport avec le céladon. L’empereur a dit à l’origine que la pluie était finie, mais Fang Wenshan l’a inversé et l’a transformé en le ciel est vert et l’attente de la fumée et de la pluie, les deux sont causales, mais l’idiome de la pluie est finie, nous l’avons tous entendu dix mille fois, cela ne signifie rien. Mais je t’attends, c’est comme Tianqing qui attend la fumée et la pluie. Cette image est fraîche, intéressante et conserve ce sentiment de mystère de toute la chanson, ce qui est génial.

Ainsi, Fang Wenshan a emprunté cette légende et l’a mise dans la chanson Celadon, bien que ce ne soit pas très précis de la mettre dans la chanson Celadon, mais cela sonne très romantique et sensationnel, donc il est pardonné.

Par ailleurs, j’aime bien la phrase “au fond de la bouteille pour écrire Han Li en imitant la dérive de la dynastie précédente”, mais en fait, Han Li n’a jamais été gravé au fond de la bouteille en céladon. Donc, pas d’ambroisie, la rencontre est encore plus inconnue. Après avoir connu la vérité, mon cœur a été brisé. Qu’en est-il de la romance promise, qu’en est-il du “je t’attendrai” promis ? Je plaisante ha, je vais quand même faire une exception et graver l’écriture cléricale chinoise sur le fond du vase en céladon et vous attendre.

Et la phrase “Je pensais à toi quand j’ai copié la marque Song”, comme vous pouvez le deviner, la marque Song n’est jamais apparue sur la porcelaine bleue et blanche.

Et “La pivoine représentée sur le flacon est comme votre premier maquillage”… Ne vous y trompez pas, la pivoine… apparaît bien sur le flacon. Les pivoines ont commencé à apparaître entre 1271 et 1368, sous la dynastie Yuan, lorsque la porcelaine bleue et blanche était arrivée à maturité et que son trait le plus distinctif était la richesse de la composition, qui comprenait des personnages historiques, des dragons et des phénix, des canards mandarins, des pivoines, des fleurs de lotus, etc.

À l’origine, la porcelaine bleue et blanche a commencé à être fabriquée sous la dynastie Tang, et les porcelaines étaient de petite taille, avec des bols, des pots, des couvercles, etc. Il s’agit généralement de motifs floraux et d’herbe, dont il existe deux types principaux : l’un est typique des fleurs et des plantes chinoises traditionnelles, comme l’orpin et la fleur de prunier, qui sont les plus courants, et l’autre est constitué de motifs de feuilles libres prises en sandwich entre des figures géométriques comme les losanges, qui sont typiques de la décoration en arabesque. Il en ressort que la porcelaine bleue et blanche Tang était principalement vendue à l’étranger.

Après la dynastie Tang, la porcelaine bleue et blanche a connu un déclin jusqu’à la dynastie Yuan. La dynastie Yuan a connu un essor soudain. À cette époque, les Mongols de la dynastie Yuan voyageaient de la Mongolie intérieure en Chine jusqu’en Europe. Il est intéressant de noter qu’en Perse, qui est l’Iran d’aujourd’hui, on a trouvé une matière première appelée “Suma Li Qing” pour la peinture sur porcelaine. Le pigment bleu de la porcelaine fabriquée en Chine est plutôt gris, et l’effet est bien pire que celui du Suma Liqing. La raison en est que le matériau chinois contient plus de manganèse, alors que le matériau iranien en contient moins, de sorte que la couleur est beaucoup plus brillante après la cuisson.

Après avoir découvert cela, l’armée mongole a fait s’affronter les porcelainiers chinois et les potiers iraniens, et la Chine a commencé à utiliser le cobalt iranien local, qui était ensuite cuit pour produire la magnifique porcelaine bleue et blanche qui est transmise dans le monde entier aujourd’hui.

Ainsi, bien que la discussion du début ait porté sur la chanson de Jay Chou, en l’utilisant comme point de départ, ce dont je veux vraiment parler dans ce numéro n’est pas la chanson de Jay Chou. Une chanson est une œuvre d’art, après tout, et il n’est pas nécessaire de s’attacher à des détails qui ne correspondent pas à la production du céladon, mais c’est un autre plaisir de les connaître, je suppose. Ce dont je veux vraiment parler est lié au “Suma Li Qing” iranien. Peu importe l’origine d’une culture, lorsqu’elle rencontre, connaît et apprend d’autres cultures, elle peut finalement former une nouvelle culture plus parfaite. Enrichir la culture d’origine

Eh bien, c’est tout pour cette édition, je vous verrai la prochaine fois.

Audio original (transcription ci-dessous):

Bonjour tout le monde, je suis Kaycee.

J’ai des examens cette semaine, donc j’ai été occupé par les révisions et les examens depuis un moment maintenant. J’ai enregistré une émission dans la dernière édition, mais je n’ai pas vraiment eu le temps de l’éditer, donc je n’ai pas pu la télécharger, donc je vais juste déplacer la dernière édition vers celle-ci. En fait, pour faire court, je vais vous faire part d’un reportage plutôt intéressant que j’ai lu récemment. Il a été publié dans le New York Times, alors laissez-moi vous le lire.

Il s’intitule “L’ennemi public numéro un de la Chine dans l’industrie de l’Internet à “Tencent’s Dad””. Vous l’avez deviné, c’est un article sur Tencent.

Ok, commençons.

Quelques mois après avoir lancé un service de commerce électronique de type Groupon appelé Meituan, Wang Xing a découvert que Tencent, la plus grande société internet chinoise, faisait quelque chose de similaire.

“Y a-t-il une activité que Tencent ne fait pas ?” a-t-il demandé. Il a demandé.

Le commentaire de Wang Xing a été placé en tête d’un article de magazine sur Tencent en 2010, et le titre de l’article, chargé de jurons, a acquis une telle notoriété que deux rédacteurs en chef ont été licenciés peu après sa parution. La couverture du magazine montrait la mascotte de Tencent – un pingouin joufflu portant une écharpe rouge avec plusieurs couteaux sortant de son corps et du sang coulant.

Cela peut sembler exagéré, mais à l’époque, Tencent était considéré comme l’ennemi public numéro un par l’industrie technologique chinoise. Il s’agissait d’une entreprise qui n’hésitait pas à plagier les idées des autres et à maintenir les startups en vie. Les dirigeants de la société ont été confrontés à plusieurs reprises à des conférences du secteur et à des interviews dans les médias. Les entrepreneurs l’ont qualifié de plagiaire le plus effronté du secteur.

Plus de dix ans après, le gouvernement chinois commence enfin à resserrer les rênes des entreprises technologiques les plus puissantes du pays, mais Tencent n’en fait pas partie, du moins pas encore. La société se voit infliger une légère amende, mais l’attention du gouvernement se porte principalement sur le rival de Tencent, l’empire Alibaba de Jack Ma. La prochaine cible ? Peut-être l’ancien rival de Tencent, Meituan.

Seuls les régulateurs antitrust chinois savent exactement pourquoi Tencent n’a pas fait l’objet de leur attention jusqu’à présent. Cependant, en tant que société technologique la plus grande et la plus puissante de Chine, elle a trop d’influence sur le résultat et pourrait éventuellement être ciblée – et devrait probablement l’être.

Mais l’une des raisons est peut-être que l’industrie ne cherche plus à battre Tencent ces jours-ci. En fait, Tencent est devenu à bien des égards le plus grand et le plus puissant supporter financier du secteur. En injectant des fonds dans les petites entreprises et en rachetant des concurrents plutôt que de les enfoncer, l’entreprise a changé son image.

Loin d’être l’ennemi public numéro un, Tencent est désormais le monarque éclairé d’un empire technologique en pleine expansion. Une part importante de l’industrie Internet chinoise appartient à ce que l’on appelle l’écosystème Tencent. Il s’agit notamment de centaines d’entreprises dans lesquelles Tencent a investi, dont celle de Wang Xing. Tencent est désormais le principal actionnaire de Meituan, avec une participation de 21 %. (Meituan n’a pas répondu à une demande de commentaire).

“Quand Tencent copiait”, écrivait un blog à chaud sur l’entreprise technologique chinoise qui n’est pas tombée. “Lorsque Tencent a remis le chèque, ils ont perdu la volonté de résister et ont fait défection en masse.”

Les rapports que Tencent entretient avec de nombreux acteurs de l’industrie peuvent avoir apporté à l’entreprise un certain nombre d’avantages. Mais elle continue d’entraver la concurrence et de porter préjudice au milliard d’utilisateurs de l’internet en Chine.

“Ali et Tencent détiennent tous deux beaucoup de ressources”, déclare Yinsheng, un consultant en technologie basé à Pékin. “S’ils font le mal, le mal sera grand pour les deux.”

Tencent a refusé de faire des commentaires pour cette chronique. La société a déclaré qu’elle investirait dans des entreprises innovantes et de haute qualité et qu’elle adopterait une concurrence loyale.

Il est rare que les investisseurs et les dirigeants du secteur des technologies parlent publiquement de ces deux entreprises. Mais même dans les conversations privées, alors que je rangeais mon stylo et mon carnet, j’ai entendu de nombreuses plaintes sur la façon dont Alibaba traite les entreprises dans lesquelles elle investit et les commerçants qui utilisent sa plateforme – ce qu’Alibaba dément avec véhémence. En revanche, les mêmes personnes décrivent souvent Tencent et son fondateur comme des personnes décentes, humbles et bien élevées.

Cette convivialité est en partie motivée par une nécessité commerciale. Cette relation cordiale a contribué à cimenter l’influence de Tencent en Chine.

Tencent est unique au monde. À bien des égards, il s’agit d’un véritable monopole. Elle exerce en Chine une influence dont Facebook, Amazon, Apple et Google ne peuvent que rêver.

Tencent est une importante plateforme de divertissement. Il s’agit de la plus grande société de jeux en ligne au monde, avec des participations dans Riot Games et Yingpei Games. Elle possède également les plus grandes entreprises de vidéo, de musique et de littérature en ligne en Chine.

Tencent est un capital-risqueur. En 2020, elle n’est devancée que par la société d’investissement de la Silicon Valley Sequoia Capital en termes de nombre de licornes (startups valorisées à plus d’un milliard de dollars) dans lesquelles elle a investi, selon le cabinet de recherche Hurun Report, basé à Shanghai. Selon ses propres dires, elle a investi dans plus de 800 entreprises, dont une participation de 12 % dans Snap et de 5 % dans Tesla. À titre de comparaison, GV, la société de capital-risque la plus active aux États-Unis, anciennement connue sous le nom de Google Ventures, a investi dans plus de 500 entreprises.

Plus important encore, Tencent est un opérateur de plateforme. Elle gère WeChat, une application de messagerie mobile dotée de fonctionnalités de médias sociaux et de services financiers. C’est l’activité de WeChat qui permet à cette entreprise de se concentrer sur l’amitié avec d’autres entreprises.

WeChat a besoin d’autres entreprises pour que son milliard d’utilisateurs restent fidèles à l’application. WeChat lui-même est comme un système d’exploitation et un magasin d’applications qui permet aux utilisateurs d’exécuter de petits programmes créés et exploités par d’autres entreprises. Ces utilisateurs peuvent utiliser le système de paiement de WeChat pour effectuer des achats. Tesla, Audemars Piguet et Starbucks ont tous leurs propres mini-programmes WeChat. Il en va de même pour la plupart des grands sites web chinois, à l’exception de ceux qui sont interdits par WeChat.

C’est là que les bonnes relations de Tencent dans l’industrie deviennent importantes. Les entreprises qui entretiennent des relations amicales développent de petits programmes pour WeChat. Tencent investit dans des sociétés chinoises de taxi en ligne et de partage de vélos parce que leurs utilisateurs paient fréquemment et que Tencent veut qu’ils utilisent WeChat pour payer.

Le directeur général de Tencent, Ma Huateng, dit souvent que la moitié de la vie de Tencent est entre les mains des entreprises et des partenaires dans lesquels elle investit. “Vous grandissez et nous grandissons, vous échouez et nous échouons en tant que plateforme”, a-t-il déclaré lors d’un talk-show télévisé en 2016.

Cela ne reflète pas l’énorme déséquilibre de pouvoir entre Tencent et de nombreuses petites entreprises qu’il influence. Huang Zheng, fondateur de Pindo, l’a laissé entendre dans une interview de 2018, dans laquelle il s’est plaint du refus de WeChat de l’aider à examiner les allégations portées contre lui pour la présence de produits contrefaits sur sa plateforme d’achat.

“Parce que Tencent ne mourra pas si je meurs”, a-t-il dit, “Tencent a des millions de fils”.

Quelle que soit la manière dont Tencent se comporte, il s’agit d’un énorme conglomérat, dont les bénéfices se sont élevés à 24 milliards de dollars l’année dernière, dont une grande partie a été investie. Il décide des gagnants et des perdants, mais les gagnants ne sont pas toujours les meilleurs du secteur, au détriment de l’innovation et de l’efficacité.

Il restreint l’accès des utilisateurs à d’autres produits et services. WeChat ne permet pas aux utilisateurs de partager des liens vers des produits sur le marché en ligne Taobao d’Alibaba, ou de courtes vidéos sur ShakeYin, la société sœur chinoise de TikTok. ( D’autres plateformes bloquent également les services de Tencent.) Lorsque trois applications de messagerie sociale ont été lancées en janvier 2019, elles ont été immédiatement bloquées sur WeChat.

La société mère de Jitterbug, ByteDive, a apporté la possibilité d’une entreprise qui pourrait se tenir sur ses deux pieds. À ses débuts, le fondateur de ByteDance, Zhang Yiming, a accepté un petit investissement de Tencent pour stopper ses avancées, mais a refusé de nouer des liens plus étroits. Répondant aux rumeurs selon lesquelles Tencent investirait dans ByteDive en 2016, Zhang Yiming a écrit qu’il n’avait pas lancé ByteDive pour devenir un employé de Tencent. Il a posté les paroles de la chanson “Go big or go home”.

L’autonomie de ByteDance a porté ses fruits. Elle vaut aujourd’hui près de 400 milliards de dollars et possède des applications de contenu web extrêmement populaires, notamment TikTok, le premier produit internet chinois à devenir un phénomène mondial.

Il n’y a pas que l’industrie avec laquelle Tencent s’est insinué. Elle a longtemps essayé de se rapprocher du gouvernement également. Contrairement à Alibaba, parfois indiscipliné, Tencent a longtemps souligné publiquement sa volonté de se conformer pleinement à la réglementation.

“Je pense maintenant que nous devrions en apprendre davantage sur ce qui intéresse le gouvernement et la société, et nous montrer plus respectueux des règles”, a déclaré Liu Keping, président de Tencent, lors d’une conférence téléphonique sur les résultats en janvier. Les dirigeants de Tencent ont utilisé le mot “conformité” six fois au cours de l’appel.

En avril, la société a déclaré qu’elle investirait 7,8 milliards de dollars américains dans les thèmes favoris du président Xi Jinping, notamment l’énergie verte, l’éducation et la revitalisation rurale. De l’avis du commentateur en ligne Hong Bo, Tencent se défend.

Il a déclaré : “C’est que, du point de vue de la sécurité des entreprises, il faut donner l’impression d’assumer davantage de responsabilités sociales.”

Le New York Times “De l’ennemi public numéro un de l’industrie Internet chinoise au “père de Tencent””.


Voilà, c’est la fin de l’article. Si vous regardez de près, certains détails de cet article méritent d’être discutés plus en profondeur. Je sais aussi qu’il y a beaucoup d’intérêt à discuter de certains sujets en ligne, ou à discuter des nouvelles.

Très bien alors, à la prochaine fois.

Audio original (transcription ci-dessous):

Bonjour tout le monde, je suis Kaycee.

Il y a quelque temps, il y a eu cette nouvelle qui a fait la une des journaux. C’est que la Chine compte désormais près de 200 millions de célibataires. 200 millions ! La population totale du Royaume-Uni n’est que d’environ 66,65 millions d’habitants. La population totale des États-Unis est d’environ 330 millions d’habitants. La population totale de la Chine est de 1,398 milliard d’habitants. Donc, quel que soit le point de vue, le chiffre de 200 millions est un peu un Doha. Mais, pour être honnête, lorsque j’ai vu la nouvelle pour la première fois, je n’étais pas vraiment surpris, car le langage du net a beaucoup révélé à ce sujet ces dernières années, avec des expressions comme chien unique, nourriture pour chien à répandre, mère et enfant en solo, jus de citron unique, obstinément unique, unique par capacité, unique depuis dix mille ans, etc. qui reflètent plus ou moins cette tendance.

Mais maintenant que j’ai vu la nouvelle, je dois me pencher sur les raisons de cette situation. Sinon, je ne serais pas moi.

On dit que M. Liu Yan de Southwest Securities a produit un rapport intitulé “Mille kilomètres pour le trouver, cet homme peut être au fond de l’écran”. Si vous ne comprenez pas ce petit humour au premier abord, vous pouvez écouter le numéro où je parle de la dénomination de Baidu, puis revenir et goûter le nom avec attention. Ce rapport souligne qu’en raison du déséquilibre du rapport de masculinité de la population de naissance, il est devenu plus difficile de se marier et le problème du mariage des hommes et des femmes célibataires est devenu un problème que la société doit résoudre de toute urgence.

En fait, il y a eu trois vagues de célibataires en Chine.

La première a eu lieu dans les années 1950, lorsque la loi sur le mariage a donné aux femmes leurs droits humains pour la première fois, les libérant de l’oppression du système de mariage féodal et renforçant leur sentiment d’autonomie conjugale. En particulier, la première vague de divorces a eu lieu en 1953, après le mois de la campagne d’application de la loi sur le mariage, avec quelque six millions de couples qui ont divorcé entre 1951 et 1956.

La deuxième vague de célibataires s’est produite à la fin des années 1970, lorsqu’un grand nombre de jeunes intellectuels sont retournés dans les villes. Beaucoup de ceux qui s’étaient mariés et avaient eu des enfants à la campagne n’ont pas pu transférer l’enregistrement de leur conjoint et de leurs enfants dans les villes et ont dû recourir au divorce pour pouvoir retourner dans les villes.

La troisième vague de célibataires est apparue autour des années 1990, lorsque la réforme et l’ouverture ont déclenché un changement des valeurs familiales traditionnelles et que les jeunes ont commencé à adhérer à l’idée de liberté, ce qui a entraîné une augmentation significative des taux de divorce.

Aujourd’hui, une quatrième vague de célibataires émerge, caractérisée par une augmentation marquée du nombre de personnes choisissant activement d’être célibataires. Il y a de nombreuses raisons à cela, je vais donc prendre mon temps et vous en parler.

Plus d’hommes, moins de femmes
Le 11 mai 2021, les résultats du septième recensement national de la Chine ont été publiés. Les hommes représentent 51,24 % de la population et les femmes 48,76 %.

La raison en est indissociable du phénomène de longue date de la préférence de la Chine pour les hommes par rapport aux femmes, qui a conduit à un grave déséquilibre du rapport de masculinité en Chine. La Chine est également l’un des pays du monde où le déséquilibre du rapport de masculinité à la naissance est le plus grave. Le nombre d’hommes en âge de se marier est supérieur au nombre de femmes en âge de se marier. Le marché du mariage, qui était relativement stable et équilibré, a été évincé de certains hommes en raison de l’énorme différence entre le nombre d’hommes et le nombre de femmes.

Nous savons tous qu’il existe des “restes de femmes”, mais je suis curieux de savoir pourquoi il n’existe pas de “restes d’hommes” alors que nous sommes clairement à l’ère des “restes d’hommes”. Je vous laisse le soin de répondre à cette question. Je ne dis pas que je veux que le concept de “leftover man” soit transmis au reste du monde, mais j’aimerais qu’il n’y ait pas de leftover men ou women du tout si possible.

Le nombre croissant de femmes hautement qualifiées
Comme je l’ai déjà dit, il semble qu’il soit plus difficile pour les femmes très instruites de trouver des compagnons compatibles. Les femmes ayant un niveau d’éducation élevé ont tendance à choisir un partenaire ayant le même niveau d’éducation qu’elles ou un niveau plus élevé, afin d’avoir plus de points communs. Mais les hommes sont réticents à trouver une épouse ayant un niveau d’éducation supérieur au leur. Ce n’est pas comme ça que ça marche.

Les femmes ont tendance à choisir un conjoint plus âgé qu’elles, les hommes le contraire.
Selon l’enquête, environ 80 % des hommes célibataires ont tendance à trouver un partenaire plus jeune qu’eux, tandis que chez les femmes, plus de 90 % d’entre elles déclarent que leur futur partenaire doit être plus âgé qu’elles. Comme on peut le constater, les femmes ont un éventail de choix plus large que les hommes pour choisir un partenaire. Par conséquent, il est plus difficile pour les hommes de la même tranche d’âge de trouver un partenaire approprié, et les filles se tournent vers des hommes plus âgés, même si les femmes dont ils pourraient s’éprendre ne sont pas encore nées.

La pression économique
Le nombre de femmes célibataires financièrement indépendantes dans les villes de premier et de second rangs est en augmentation, et les exigences financières des femmes pour leurs hommes sont en hausse. Selon une enquête, 80 % des femmes célibataires estiment que 5 000 RMB constituent le point de départ du revenu mensuel d’un homme. Parmi celles-ci, 67,06% des femmes célibataires exigent qu’un homme gagne entre 5 000 et 10 000 dollars, et 25,02% des femmes célibataires exigent qu’un homme gagne plus de 10 000 dollars. Les cinq villes où les exigences en matière de revenus sont les plus élevées pour les hommes à l’échelle nationale sont Shenzhen, Pékin, Shanghai, Wuhan et Guangzhou.

En revanche, les exigences des hommes en matière de revenus sont généralement moins élevées, 80 % des hommes célibataires déclarant qu’il est acceptable que leur partenaire gagne moins de 5 000.

Les célibataires dont le revenu mensuel moyen disponible est supérieur à 8 000 RMB sont connus sous le nom de “célibataires de premier ordre”, et ce groupe compte plus de femmes que d’hommes célibataires.

Bien sûr, au-delà du revenu, il y a la question de la maison et de la voiture. L’idéal chinois est d’avoir une voiture et une maison avant de se marier, et les maisons dans les grandes villes sont de plus en plus chères, si bien que certaines personnes n’ont pas encore obtenu de permis parce qu’elles n’ont pas économisé assez d’argent pour acheter une maison ou que leur carrière n’a pas atteint un niveau leur permettant de subvenir à leurs besoins.

Après tout, dans le monde des adultes, tomber amoureux n’est pas un repas, et l’amour n’est pas un verre d’eau. Les “célibataires dorés”, qui vivent très bien seuls, n’ont pas nécessairement besoin de tomber amoureux et n’ont pas forcément le temps de le faire.

La pression du travail
Pour gagner plus d’argent, vous devez bien travailler, et de nombreux emplois mieux rémunérés impliquent également que vous consacriez la majeure partie de votre temps et de votre énergie à votre travail. Lorsque la seule chose qui reste dans votre vie est une ligne entre le travail et la maison, les chances de rencontrer l’amour sont très minces. Lorsque tout votre temps est consacré au travail, sauf pour manger et dormir, comment pouvez-vous trouver le temps et l’énergie pour trouver quelqu’un et tomber amoureux ?

C’est ainsi que se forme le marché des rencontres : il n’est pas assez facile de rencontrer quelqu’un qui vous plaît naturellement, ce qui a conduit à la création d’agences ou d’applications de rencontres spéciales.

Vision du mariage
Le divorce n’est plus un tabou, mais une chance de choisir à nouveau pour un nouveau bonheur. La simplification des procédures de divorce a également rendu le divorce facile et pratique. Le nombre croissant de divorces entraîne également une perte progressive de la foi dans le mariage. L’augmentation des taux de divorce a objectivement augmenté le nombre de célibataires.

Une autre tendance est qu’en raison des pressions économiques et professionnelles, les gens deviennent de plus en plus matérialistes sur le marché du mariage, et la “bonne famille” d’autrefois revient. Je pense qu’une raison importante est que la société moderne est plus stratifiée. Il faut aimer et voir la bonne personne, mais il faut aussi être compatible en termes de classe sociale et avoir une langue commune, donc il y a plus de restrictions qu’avant. C’est pourquoi il est si difficile de trouver la bonne personne.

La fragilité du mariage est également liée à la mobilité accrue de la société. Vous voyez, il y a des gens de la campagne qui viennent travailler en ville, des gens qui travaillent en ville, des gens qui changent d’emploi, des gens qui émigrent dans un autre pays, des gens qui sont constamment exposés à des personnes et des environnements différents, etc. Les gens ne vivent pas dans un espace clos, mais ont de nombreux contacts. Cette mobilité et cette diversité augmentent les possibilités de contacts de toutes sortes, de sorte que la vulnérabilité du mariage est accrue par rapport à ce qu’elle était auparavant.

Homosexualité
Je lis toujours celui-ci sur Baidu. Quoi qu’il en soit, voici ce que dit Baidu : “Grâce à l’implication des médias et à l’ouverture croissante de la société, l’homosexualité féminine gagne progressivement la reconnaissance du public. Selon l’enquête, près de 4 % des femmes sont célibataires en raison de leur “orientation sexuelle”, et la tendance des femmes célibataires à Shanghai atteint 4,75 %, soit le taux le plus élevé du pays, bien que de plus en plus de femmes ne choisissent plus les mariages hétérosexuels contre leur gré, et que peu d’entre elles réussissent à trouver des partenaires de même sexe.”

Attendez donc avec impatience le moment où Baidu pourra ajouter une statistique sur les homosexuels et où la Chine s’ouvrira complètement et autorisera les mariages entre personnes de même sexe. Cela pourrait également aider la Chine à se débarrasser de la vague des célibataires.

Pour toutes ces raisons, de nombreuses personnes sont plus prudentes en matière de mariage, se demandant si la personne est un coureur de jupons, si elle a un avenir dans sa carrière, comment sont ses parents, si elle a une langue commune, si elle veut acheter une maison ou une voiture, etc. Avec autant de facteurs, on dirait que c’est encore plus difficile que d’avoir une carrière. Pas étonnant que tant de gens soient encore célibataires. Si chaque personne en Chine me donnait un dollar, je serais milliardaire. Quel beau rêve.

So…. Je vais me remettre à rêver alors, à la prochaine fois.